Brasseries belges

Avec des prix du verre de bière en hausse, une faible concurrence et des exportations en augmentation, le marché des brasseries belges affichent une bonne rentabilité. Ses bons résultats positionnent le marché belge au-dessus de ses voisins européens.

Connue pour être le pays de la bière, la Belgique propose un choix croissant de bières grâce au développement des microbrasseries belges dont le nombre a augmenté de 77,3%, en passant de 132 microbrasseries en 2010 à 234 en 2015.

Toutefois, l’augmentation de l’offre n’a pas entraîné de baisse au niveau du prix selon l’Observatoire des prix. Au contraire, il a rapidement augmenté, notamment en Belgique (+23,5%), plus que dans le reste de l’Europe (+10,7% dans la zone euro, +15% en France, +13,1% aux Pays-Bas, +7,9% en Allemagne).

Pourquoi cette forte augmentation ?

Une des raisons est l’augmentation des accises appliquée en août 2013 et en novembre 2015 par le gouvernement belge. Sans cette hausse, l’augmentation du prix n’aurait représenté que 12,4%. Une autre raison se situe du côté des prix affichés par la production qui a augmenté de 15,2% entre 2010 et 2017, au-dessus de la moyenne européenne de 12,7%.

Cette hausse du prix n’a remarquablement pas eu de répercussion négative sur la rentabilité des brasseries belges. Le secteur affiche des résultats nettement supérieurs à celui d’autres marchés comme celui de l’alimentation ou celui des boissons.

Un marché en forte concentration

En ce qui concerne la structure du marché des brasseries belges, on note une multiplication des microbrasseries. Par contre, leur nombre croissant ne change pas la situation de domination des trois grands du secteur : AB Inbev, Alken Maes et Duvel Moortgat qui possédaient à eux trois 61,9% du marché en 2015 (Source : SPF Économie – Observatoire des prix).

Cela s’explique par le fait que les microbrasseries ne se positionnent pas sur les mêmes prix et qu’elles s’orientent sur la production de bières de dégustation qui ne concurrencent pas la pils qui est le segment le plus rentable du marché (71,3% de part de marché pour la pils contre 11% pour les bières de dégustation ; 2,1 % pour les bières fruitées ; 3,7% pour les bières désaltérantes ; 11,9% pour les bières d’abbaye et trappistes).

Des exportations en hausse

Les brasseries belges ont augmenté de 26,8% leurs exportations entre 2010 et 2015 représentant 2,2 milliards d’euros. Ses trois premières destinations sont la France (27,8%), les États-Unis (20,4%) et les Pays-Bas (15,4%). Parallèlement, elles accusent une baisse de la consommation de bière en Belgique qui a diminué de 8,9% entre 2010 et 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Inscrivez-vous à notre newsletter!