Attention aux erreurs 02 décembre 2013

Même dans la presse spécialisée et à vocation plus scientifique, des erreurs peuvent se glisser. Ainsi, Science et Vie a mis en vente un numéro spécial « Les Cahiers de Science et Vie », Aux Source du vin et de l’ivresse (n° 140, octobre 2013).

Ce numéro passionnant, essaye de faire la synthèse sur quelques thèmes qui ont trait à l’origine du vin. Sa « découverte » en tant que telle, les grandes religions et leur rapport au vin (christianisme, judaïsme et islam), le lien entre l’art et le vin avec enfin un chapitre plus générique intitulé « les pouvoirs du vin » qui parle d’alcoolisme, de politique, de buveurs célèbres, etc. …

Malgré tout le soin apporté à la réalisation de ce numéro très instructif, quelques erreurs subsistent. Ayant conseillé à nos étudiants de se procurer le numéro, l’un d’entre eux a repéré deux erreurs que nous nous faisons un plaisir de les partager avec vous (merci à Jennifer Gerone pour sa perspicacité).

 

Le jeu des deux erreurs

Au jeu des deux erreurs, voici celles qui ont été repérées dans le cahier fort bien fait au demeurant.

ERREUR 1. A la page page 9 Du raisin au vin le terme « pourriture noble » est associé aux levures qui transforment le sucre en alcool. Levures et pourriture sont bien entendu deux organismes différents même s’ils sont tous les deux des champignons. La pourriture noble est le champignon phytopathogène botrytis cinerea, qui attaque notamment les raisins de sauvignon, de sémillon et de muscadelle dans le Sauternais leur conférant leur goût caractérisitique. Les levures sont, quant à elles, des champignons unicellulaires qui, dans le cas du vin, transforment les sucres en alcool (type saccharomyces cerevisiae).
 

Erreur Science et Vie p. 9

Erreur Science et Vie – Aux Sources du vin p. 9


 

ERREUR 2. A la page 65, dans le dernier paragraphe, est noté « dioxyde de soufre » au lieu de « dioxyde de carbone ». Toujours lors de la fermentation, outre la transformation des sucres en alcool, se dégage un gaz qui provoque d’ailleurs le bouillonnement de la cuve. C’est bien de CO2, soit du dioxyde de carbone, dont il s’agit. Les relecteurs se sont un peu emmêlés les pinceaux avec le processus de fermentation.
 

Erreur Science et Vie p. 65

Erreur Science et Vie – Aux Sources du vin p. 65


 

Aux sources du vin : Les Cahiers de Science et vie

La première bière a pu naître de quelques grains oubliés dans un peu d’eau. Pas le vin. Il est le fruit du travail des hommes. Tous les peuples ont, à un moment, fait, bu ou diffusé du vin. Grecs et Romains ont porté l’art de la vinification au plus haut degré de la sophistication. Dès le Moyen Âge, le vignoble français, avec l’excellence qui le caractérise, se développe.

Ce numéro des Cahiers de Science & Vie revient sur les origines du vin, produit noble et véritable marqueur de culture et de savoir-faire, dont le marché ne connaît pas la crise.

 

Le saviez-vous ?

  • Egypte, Ramsès II, XIXe dynastie (deuxième millénaire avant JC). Les jarres de vin portent déjà des étiquettes indiquant provenance, nom de domaine et maître de chai. p. 21
  • Vers 1700, le Royaume de France compte 80.000 taverniers en France. p. 78
  • C’est grâce aux Anglais que nous dégustons aujourd’hui du vin blanc mousseux et pétillant appelé champagne. p. 66